Spinner
Recommandé il y a environ un an
Ii9vzpqf9qitwz8kvi1c
#TsugiMag #Paris

Complet !! Mahalia au POP UP ! Les Femmes s'en Mêlent #21

  0

Wednesday Night Fever

- Tsugi

Du haut de ses 17 ans, Mahalia fait preuve d’une grande maturité à travers ses écrits mais cette sagesse ne date pas d’hier : à 12 ans, cette fille de chanteurs se produisait déjà dans les open mics et un an plus tard, elle signait un contrat en maison de disques. L’Anglaise originaire de Leicester a toutefois bien retenu la morale de la célèbre fable de La Fontaine… Rien ne sert de courir, il faut partir à point. Elle a donc gentiment poursuivi ses études (qu’elle finira en mai), se consacrant à sa passion durant son temps libre. À 14 ans, elle sortait ainsi son premier EP, Headspace (disponible sur Spotify et en vente libre sur Bandcamp) et elle a depuis côtoyé quelques grands noms tels qu’Ed Sheeran, Lianne La Havas, Kwabs ou encore Emeli Sandé.

Après une apparition sur l’album We the Generation (et piste du même nom) de Rudimental en octobre dernier et forte de ses séances de travail avec les producteurs Supa Dups (Rihanna, Bruno Mars, Mary J Blige), Nineteen85 (Drake, Nicki Minaj) et Steve Fitzmaurice (Sam Smith, Aloe Blacc), Mahalia a dévoilé son second EP en décembre. Envoûtée il y a quelques mois par l’extrait Borrowers, j’avais envie aujourd’hui de vous présenter aujourd’hui son nouveau clip éponyme, Never Change, tourné à Birmingham où la chanteuse/actrice/danseuse vit depuis quatre ans. Une fois de plus, la jeune fille impressionne par son aisance à ouvrir son cœur avec tant de fraîcheur et un phrasé si fluide et naturel. Vite l’album (d’ici la fin de l’année, si tout va bien) !

http://mahaliamusic.co.uk/

https://www.facebook.com/mahaliamusic

Première partie : Nuit Oceān :

Ecouter Nuit Ocean, c'est avoir la sensation d'être sur un radeau à la dérive et de se laisser envoûter par une berceuse mélancolique, chaleureuse et glaciale à la fois.
Entre The XX, James Blake et Bon Iver, ses compositions sont un cocktail troublant tout en réverbérations et en échos fantomatiques.
Inspiré par ses voyages, et convaincu de l'importance d'aller à l'essentiel, il crée l'intimité en racontant l'amour, mais aussi la mort grâce à des textes blues parfumés de notes électroniques.
Son premier EP ‘Falling Night’, sorti en janvier 2017 ouvrait une fenêtre sur un monde où on aurait encore le droit au retranchement et au spleen.
‘Midnight Seduction’, son deuxième EP sortie le 9 fevrier , est un récit en quatre chapitres. Il n’y a pas de sens de lecture, chacun raconte sa propre histoire tout en étant inhérent à une lecture dans son ensemble, celle d’une histoire d’amour impossible qui va essayer de triompher dans l’adversité. Il y a un peu du ‘Sailor et Lula’ de Lynch dans cet EP si on devait l’imager.